Entretien avec Lilla Mérabet : ''La GUEST doit relever les défis qui permettront le développement de l’ESS sur les territoires.''

Entretien avec Lilla Mérabet : "La GUEST doit relever les défis qui permettront le développement de l’ESS sur les territoires."

A l'occasion de l'inauguration de la GUEST – Gouvernance Unie de l'ESS en Grand Est – le 6 novembre à la Maison de la Région à Strasbourg, la CRESS Grand Est a interpellé Mme Lilla Merabet, Vice-Présidente du Conseil Régional Grand Est déléguée à la Compétitivité, à l'Innovation et au Numérique.
Mme Merabet nous livre avec conviction sa vision de l'ESS et réaffirme la volonté de la Région Grand Est de soutenir aux côtés de la CRESS Grand Est, cette économie qui a du sens.

Quel est l'objectif de la GUEST ?

« L'ESS est un pan important de la stratégie économique de la Région Grand Est. La GUEST oeuvre à une forme de prospective : elle doit analyser les enjeux et relever les défis qui permettront le développement de l'ESS sur les territoires. »

Comment définissez-vous l'ESS ?

« L'ESS, malgré sa singularité n'est pas éloignée de la dimension économique. Par singularité, j'entends un certain état d'esprit. Le statut ne fait pas que l'on relève ou non de l'ESS. L'important n'est pas de savoir si l'on fait partie d'une nomenclature mais bien si notre vision de la société est en phase avec les valeurs de l'ESS. Je qualifierai d''ESS friendly', les entreprises qui ont adopté un mode de gouvernance démocratique et contribue à une utilité sociale sur le territoire peu importe le secteur d'activité. Les valeurs sont le coeur de l'entreprise : elles la pilotent. Dans l'ESS vous êtes constamment en équilibre. Ce n'est pas le monde associatif uniquement ou le caritatif, l'ESS oeuvre au quotidien sur les innovations et met en équilibre l'économique et le social. »

Pensez-vous que l'ESS peut changer d'échelle ?

« Elle peut changer d'échelle si le dénominateur commun peut faire masse. Certaines nuances ont pu diviser ou distancer les acteurs. L'ESS doit s'accorder sur sa vocation, ses méthodes, et converger vers une même philosophie. Les entreprises de l'ESS doivent aussi s'affranchir de leur statut d'entreprise subventionnée. Les valeurs doivent trouver leur place dans l'économie réelle. Elle peut changer d'échelle sans renoncer à ses valeurs à l'instar de l'association SIEL BLEU devenue en 20 ans un groupe associatif qui s'exporte à l'international.

La défense des valeurs justifient -elles qu'on soit dépendant des pouvoirs publics ? Je crois qu'on peut trouver un modèle économique viable et pérenne et pour autant conserver ses valeurs. »

L'ESS est-elle en retard sur le champ du numérique ?

« L'ESS n'est pas plus en retard que les autres. Avec sa force d'innovation dont elle a fait preuve déjà depuis plus d'un siècle et une jeunesse qui s'oriente vers cette économie qui a du sens, l'ESS dispose des atouts pour répondre aux défis de notre société. »



 

Propos recueillis par S. Chenet – CRESS GE le 6 nov. 2018

Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir notre actualité
 
* Champs obligatoires
Veuillez sélectionner vos préférences
 
 
EuropeUnion EuropéenneRépublique FrançaiseGrand EstMoselleMeuseBas-RhinMeurthe-et-MoselleEurométropole
Ce projet est cofinancé par le Fonds social européen dans le cadre du PON « Emploi et Inclusion » 2014 - 2020